Le recours formé par un militaire contre un titre de perception suspend le recouvrement des sommes demandées

-

Lorsque l’administration estime qu’un militaire a perçu un « indu de solde », c’est-à-dire, une solde plus élevée que celle qui lui serait due, elle notifie généralement au militaire concerné, un titre de perception tendant au remboursement de la somme en cause.

Le militaire concerné peut toujours former un recours gracieux contre le titre de perception en cause, puis, le cas échéant, un recours contentieux, devant le tribunal administratif compétent.

Dans ce cas, le recouvrement de la somme litigieuse doit être suspendu et l’administration ne peut pas procéder à des saisies administratives (saisies à tiers détenteurs).




L’article 117 du décret n°2012-1246 du 7 novembre 2012 prévoit expressément que le recours formé contre un titre de perception est suspensif :

« Les titres de perception émis en application de l'article L. 252 A du livre des procédures fiscales peuvent faire l'objet de la part des redevables :

1° Soit d'une contestation portant sur l'existence de la créance, son montant ou son exigibilité ;

2° Soit d'une contestation portant sur la régularité du titre de perception

Les contestations du titre de perception ont pour effet de suspendre le recouvrement de la créance. ».

Ainsi, lorsqu’un militaire reçoit un titre de perception et qu’il décide de former un recours gracieux puis, le cas échéant, un recours contentieux ce titre de recette, l’administration doit suspendre le recouvrement de la somme litigieuse.

Cela signifie que le militaire qui forme un recours gracieux ou contentieux contre un titre de perception n’est pas tenu de régler le titre concerné tant que l’administration, puis, éventuellement, le juge administratif, n’ont pas statué sur sa demande.

Ainsi, lorsqu’un militaire introduit un recours gracieux ou contentieux contre un titre de perception portant sur un « trop-perçu » de solde, l’administration n’a pas à lui notifier de lettre de relance, de lettre de mise en demeure et, encore moins, de saisie administrative à tiers détenteur (SATD) en vue de saisir ses comptes bancaires.

Il en résulte qu’un militaire qui reçoit une saisie administrative à tiers détenteur alors qu’il a formé un recours gracieux ou contentieux contre un titre de recette peut contester ladite saisie administrative notamment en introduisant une requête en référé suspension tendant à ce que le juge administratif suspende le recouvrement de la somme litigieuse.

Le cabinet d’avocat en droit militaire, Obsalisn assiste et conseille les militaires et les gendarmes dans toutes les procédures relatives aux « trop-perçus » de solde liées notamment au logiciel LOUVOIS.


 

Par Tiffen MARCEL, avocate en droit militaire au barreau de Paris
 

Maître Tiffen MARCEL, avocate de militaires et de gendarmes, a fondé le cabinet Obsalis Avocat pour répondre aux problématiques rencontrées spécifiquement pas les militaires et les gendarmes de toute la France. Disposant d’une expertise reconnue dans la défense des militaires et des personnels de la gendarmerie nationale, Maître Tiffen MARCEL leur dédie son expérience dans tous les domaines du droit militaire : sanction disciplinaire, CLDM et imputabilité au service, indus de solde, jurisprudence Brugnot, procédure pénale, démission, résiliation de contrat, réclamations indemnitaires, etc.



Mots clés :
Militaire
Gendarmes
Avocat de militaires
Avocat de gendarmes
Recours gracieux
Recours contentieux
Suspension du recouvrement
Titre de perception
Titre de recette
Recouvrement
Lettre de relance
Lettre de mise en demeure
Saisie administrative à tiers détenteur
SATD
Compte bancaire
Tribunal administratif
Référé suspension


 

Commentaires

Rédigez votre commentaire :

<% errorMessage %>
<% commentsCtrl.successMessage %>
<% commentsCtrl.errorMessage %>

Les réactions des internautes

a réagi le

<% comment.content %>

  • a réagi le

    <% subcomment.content %>

Répondre à ce fil de discussion
<% errorMessage %>
Aucun commentaire n'a été déposé, soyez le premier à commenter !